des bouts de Marionette

J'écris sur vous, sur eux, sur moi, prends du plaisir, des photos, des notes, des couleurs, des lumières, des ombres... et des mots.

05 février 2008

Au loin

Ils sont beaux. N'ont de l'espoir bu aucune goutte, mais le transpirent.Ces enfants du bonheur consument chaque jour le sang que leur mère ont versé pour eux.Quand la parole les porte, leur visage ardant se tournant vers la foi embrase les feuilles mortes, qui s'envolent, tournoyant, jusqu'à se fondre dans la mer.Leur indulgence à l'égard des lâches n'a d'égal que l'ignorance de ces derniers.Ils ne rêvent que lorsque la tempête courbe leur échine.Et, lorsque, épuisés par le jour, ils laissent leur corps rompu s'évaporer, la nuit... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2007

(H)OMBRE

Il faut me résigner, et cependant... Cependant il est toujours là, avec sa belle gueule souriante et son allure gênée d'exister.Il faut me résigner, dites-vous.Mais j'aime trop mon bourreau pour arrêter de souffrir.Nos mains semblent attirées l'une par l'autre, comme nos bras, nos corps entiers lorsque nous marchons côte-à-côte.Nous nous heurtons.IvresseTroubleet euphorie, douce euphorie. "Je vais mieux". Qu'est-ce que cela veut dire?Que l'on s'embrassera de nouveau pour se séparer encore?Mais qui sommes-nous pour avoir... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 18:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 décembre 2007

La fraternité, tout de maïme...

Comme de chacun sait, les soucis de famille, ça brise les gensCa coupe les jambes, comme on ditParfois les liens, et même parfois la famille entièreMais parfois, ça recadre.Comme pour la mort de ma grand-mère : on s'ouvre les bras et on s'offre l'épaule pour pleurer "Allez, va, on va se serrer les coudes, t'en fais pas ma chérie je suis là, tout le monde est là pour tout le monde".Bon en l'occurence ça n'a pas marché très longtemps donc c'est un mauvais exemple.Mais depuis le divorce des parents, nous, les soeurettes, on a... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 11:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 décembre 2007

Sur un nocturne de Chopin

Je pense à tout ce qui nous sépare avec horreur.Pourquoi Chopin a-t-il appellé ces pièces des nocturnes?Ces touches appuyées, ces mélodies veloutées, c'est nous.J'aime entendre les respirations profondes du pianiste, leur source.Ce sont nos soirées, nos rencontres, nos peines et nos désirs.Je ne suis pas médecin, mais nous pouvons nous rendre heureux.Un de ces jours, il faudra que je lui dise...Que je ne lui dirai rien. "Au revoir, porte-toi bien." Bise, bise. Et s'éloigner avec la sensation douloureuse d'un... acte... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2007

l'écriture automatique

J'ai tenté, pour voir...Des idées sans suite, je n'ai pas relu, écrit en quelques secondes, par-ci par-là, des fautes d'orthographe, je ne corrige rien. Cadeau. Si c'en est un... Il paraît qu'il en a bavé en attendant de pouvoir sympathiser avec moi. J'étais trop froide, trop distante, « sur la défensive » ou même agressive.Mon grand frère, toujours là, même loin. Un petit mail que je ne comprenais pas et qui parlait d'effet « boule de neige ». Pas question d'être en vie ni d'être bien, jsute survivre. Merci. ET puis mourir dans... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 novembre 2007

Ces femmes...

Je ne sais pas pourquoi j'ai mis ce billet en ligne. Il ne me convient pas tout à fait, il n'est pas exactement comme je voudrais, il m'échappe... mais peut-être que c'est en cela qu'il sera comme je voulais qu'il soit.     Il y a des femmes qui me troublent.    Il s'agit d'un trouble tout particulier, qui n'a pas grand chose à voir avec ce que je peux ressentir face à un homme.    Des femmes qui éveillent en moi quelque chose de vraiment spécial.    Des femmes qui, quand on les voit, même si... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 18:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 novembre 2007

Promesse

Par ce vieux sur le bancPar l'élégie chantéePar cet âne bâtéPar l'oiseau mourrant Ton rêve se dessineChaque nuit plus vraimentEt mon songe en répandChaque jour la résine Par le père et la mère Par la corde et le bois Par la scie et le bras Par le voilier en mer Mon rêve te dessine Chaque nuit plus présent Et mon songe en répand Chaque jour la résine Par l'aube et le couchantPar ta main dans la mienneEt par moi qui suis tiennePar toi, moi, et le temps Mon rêve te résineChaque nuit palpitanteMon songe en moi te... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 01:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 novembre 2007

L'ombre d'un...

Tu sais au fond tout au fond de moi tu sais tu le savais ce que je voulais enfin ce que je crevais même mourrais de vouloir t'avouer ou te dire ou te chuchoter presque ce mot non ces mots cette phrase cet aveu non cette histoire ce conte parce que je peux pas plus ton regard non sur moi je peux pas soutenir avec ce tiraillement les frissons des entrailles je te dis c'est pas possible mais je te dis non je je te hurle je te gueule dans mon silence ce que tu sais mais que je ne sais pas que tu sais alors je te l'insinue mais tu... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 16:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Fée Moral

Plus envie de rien, plus la force de rien.Vide, une fois de plus.Et pourtant, ma petite vie est confortable. Mes amis sont là, toujours.Je me fais peur, dans ces périodes où je n'arrive pas à sortir de cet état de morosité permanente (j'en parlais là, là et là).Louis Aragon, ce grand poète, dit qu'il est plus facile de mourir que d'aimer. Aurait-il raison ? *petit soupir**grand soupir**énorme soupir**gigantesque soupir**dégonfle une baudruche*
Posté par gastonette à 12:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 novembre 2007

Carpe Diem

Je gagne en insensibilité du côté familial.Pour compenser, je me défonce.Pas à la drogue, bien sur.Trop exigente pour ça.Je pars faire du théâtre.Je pars faire de la musique.Et chaque fois, c'est sensationnel.Jour après jour, des choses plus géniales.Ma vie artistique est au printemps.Je cours partout, prends tout.Je joue, pleure, fonds.Mes déceptions quotidiennesSont à l'image de l'AtlantiqueLes gens m'apparaissent vulgaires.Les amitiés me semblent trop fragiles.J'ai peur de l'avenir, mais en attendant,Je fonce.
Posté par gastonette à 16:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]