des bouts de Marionette

J'écris sur vous, sur eux, sur moi, prends du plaisir, des photos, des notes, des couleurs, des lumières, des ombres... et des mots.

20 janvier 2008

De la réception d'une scène théâtrale

Des regards empreints de larmes font semblant de vouloir faire rire et une voix rauque partagée entre le désir et la foi en un futur balade baladin baldaquin et la surprise de l'autre de le retrouver main dans la main salive contre salive doigts dans ta gueule sur la gueule insultes Pourquoi l'amour est-il mort ? Pourquoi est-il aveugle ? Le choc d'un bâton qui s'applique contre soi et une main sur le sein pas évident hein de traverser les âges les sages savent bien ce qu'il en est de ces putains d'anges de merde. Un rire rouge comme le désespoir. Elle elle sait pas elle elle sait plus elle sait rien elle s'en fout s'en balance et chante la grâce de l'ignorance ou de l'innocence et le ridicule de sa naïveté plein à n'en plus pouvoir d'eau rouillée rêche râcle lâche ça démors casse-toi va mourir crève morue je te chie dessus et t'emplafonne la cervelle. Pouêt.

Posté par gastonette à 16:19 - Sur la scène du monde... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Posez votre bafouille