des bouts de Marionette

J'écris sur vous, sur eux, sur moi, prends du plaisir, des photos, des notes, des couleurs, des lumières, des ombres... et des mots.

30 octobre 2007

Notre bien-aimé chef d'Etat se remercie

"Avec un salaire revalorisé de 140 %, le président Sarkozy devrait gagner du pouvoir d'achat. (...) Le salaire mensuel du chef de l'Etat serait ainsi revalorisé de 140%, de 8.300 à 20.000 euros bruts. Ce qui fait un salaire annuel qui passe de 101.488 a 240.000 brut"Lu sur la page d'accueil de Yahoo1. Il supprime des postes à l'éducation nationale pour réduire la dette.2. Il augmente le nombre de flics.3. Il fait faire des examens ADN aux "étrangers".4. Il fait quelques cadeaux à ses amis. D'où le changement... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 23:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

30 octobre 2007

Black horse and the cherry tree

Une chanson de KT Tunstall, aussi connue grâce à Suddendly I see ou encore I want you back. C'est vraiment super.Seule sur scène, on dirait à la simple écoute qu'elle a tout un groupe derrière.Pour une nénette seule qui a une guitare et un tambourin, on peut dire qu'elle envoie du bois !Have fun...
Posté par gastonette à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2007

Portrait volé

    La femme est assise, plus sur une fesse que sur les deux, plus bancale que d'habitude. Plus tordue, plus tendue. Elle porte le visage d'une femme qui a essayé de se ranger. Ces femmes qui ont juré leur amour sur leur vie, qui ont eu des moutards qu'elles ont aimé, et qui se retrouvent un jour sur le bord de la route.    Où est l'erreur?   Ses yeux bleus magnifiques sont en harmonie avec son visage : ses traits sont joliment dessinés, en harmonie avec son regard triste.  Elle et son mari sont... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 12:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 octobre 2007

Critique : le neveu de Wittgenstein

Le neveu de Wittgenstein de Thomas BernhardJoué par Serge Merlin dans une mise en scène de Bernard Levy au Palais de Chaillot.    Il est parfois curieux de constater que le plaisir que l'on peut éprouver en allant voir une pièce écrite par un homme dont on admire le travail, puisse se transformer en déception incommensurable.    La « petite » salle de Chaillot est tout entière pour l'acteur Serge Merlin. Sur la scène, une colonne de feuilles de papier ; un peu plus à jardin un énorme bloc, enfin un autre paquet... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 01:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2007

Sourire en coin

Posté par gastonette à 14:54 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
20 octobre 2007

Le paradis et la Peri (2/2)

Paris, le 14 octobre 2007     Je rentre tout juste d'Alsace, il est 00h45 et j'ai, comme trois autres personnes, cinq heures de route dans les pattes. En comptant l'aller, ça fait 12 heures. Vendredi, nous avons mis deux heures pour sortir de Paris, et sommes arrivés une heure en retard à la répétition. C'était assez difficile d'être alerte après 7 heures de bagnole, serrés à 5 dans une voiture entre les instruments, les tenues de concert et les macarons pour le voyage !       Il faisait beau... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 18:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 octobre 2007

Brève de métro

Ce matin, j'attendais le métro.Je lisais Hiroshima, mon amour, de Marguerite Duras. Pour le théâtre. En jouer une scène.Une nana debout à ma gauche écoutait de la musique par ses écouteurs et mangeait un quinder boueno. Elle en fait tomber 2 carrés (SACRILEEEGE !). Puis un bout de plastique. Je fixe la nana, un peu abasourdie. Va-t-elle comprendre qu'il est temps qu'elle se baisse ? Je la fais chier dans 10 secondes si c'est pas fait. Elle ne se baisse pas. Je la fixe intensément. Elle se retourne. Je regarde tour à tour les morceaux... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 23:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 octobre 2007

Où l'on parle du désespoir et d'énergie vitale (3/3)

(Ce billet vient à la suite de celui-ci, et c'est la fin)     Pour avoir passé un bon moment à me triturer l'esprit sur ce qui me retenait ici-bas sans trouver de bonne raison, je pense avoir goûté suffisemment au désespoir pour le reconnaître à des kilomètres. Quand je demandais à ma mère de me faire une liste des raisons pour lesquelles il fallait que j'abandonne l'idée de tout planter là, elle me donnait, en mère aimante, tout plein de qualités qui me paraissaient énormes. Bien trop écormes pour que j'y croie. Un peu... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 10:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
17 octobre 2007

So far away

Posté par gastonette à 12:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Où l'on parle du désespoir et d'énergie vitale (2/3)

(c'est la suite de ce billet.)Quand on quitte la maison familiale, pour commencer une nouvelle vie où tout est à (re)construire, la peur est plus présente que jamais. Nous sommes alors très vulnérables à beaucoup de choses, l'hypersensibilité se fraye un chemin (que dis-je un chemin, une autoroute!) dans la vie quotidienne et chaque moment devient primordial. Voilà deux années que j'ai quitté le nid, je pensais donc m'apaiser petit à petit. Mais depuis le début de l'année 2007, les évènements douloureux se succèdent : décès, maladies,... [Lire la suite]
Posté par gastonette à 13:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]